Le contenu

Monthly Archives: février 2020

Vins & réseaux sociaux : tendances 2020

24 Fév

Vins Réseaux sociaux

Beaucoup de lignes sont écrites chaque année sur les tendances et les réseaux sociaux. Petit tour d’horizon rapide (grâce à Siècle Digital et Yvonne Gangloff) pour tenté d’y voir plus clair.

En 2019, une étude montrait que les stories étaient LA tendance, que les professionnels n’exploitaient pas suffisamment le potentiel des services de messagerie, que le marketing d’influence n’était pas loin de la fin et que la vidéo était déjà très appréciée. En 2020, une nouvelle étude montre que certaines tendances persistent tandis que de nouvelles arrivent. Une chose est sûre, vous risquez de passer, cette année encore, du temps derrière vos écrans.Réseaux sociaux tendances 2020

L’influence de la vidéo sur les réseaux sociaux.

Pour comprendre l’influence qu’ont les réseaux sociaux sur le divertissement, il suffit de choisir des informations plutôt significatives : en 2019, et pour la première fois, les dépenses dédiées à la publicité en ligne ont dépassé celles en publicité destinée à la télévision. Cela est notamment dû aux succès et à la multiplication des différentes plateformes. En effet, il existe aujourd’hui des plateformes sociales qui ont énormément de succès. Parmi elles, on retrouve en tête Facebook, YouTube, puis WhatsApp, Instagram, Twitter, Pinterest, LinkedIn et Snapchat. En 2020, les internautes pourraient passer 6h42 en ligne, dont 2h15 sur les réseaux sociaux. Il semble également important de noter l’arrivée fracassante de TikTok. L’application de vidéos a de grandes chances de figurer au tableau des tops réseaux sociaux d’ici l’année prochaine, car son développement est fulgurant malgré les problèmes auxquels elle doit faire face, notamment avec les autorités américaines.

Au delà de ces plateformes, c’est le format vidéo qui fait parti des grandes tendances actuelles et à venir. L’étude menée par Keyrus prévoit que d’ici la fin de l’année, 82% du trafic en ligne soit issu de vidéos. D’autant plus que ce format induit de plus en plus d’innovations. Notamment les live vidéos, elles permettent aux créateurs de contenus de créer une proximité avec les internautes. Au moins un internaute sur trois regarde des vidéos en direct et les entreprises l’ont bien compris, aujourd’hui, 64% d’entre elles font des live en vidéo. D’ici 2021, ces vidéos diffusées en direct pourraient représenter 13% du trafic vidéo.

Business et réseaux sociaux : quelles sont les tendances 2020 ?

Nous relevions dans la première partie que pour la première fois les dépenses publicitaires numériques étaient plus importantes que ces mêmes dépenses destinées à la télévision. Elles sont passées de 107 milliards de dollars en 2017, à 232 milliards en 2019 et devraient atteindre 260 milliards d’ici 2021. Cela devrait représenter environ 232 milliards d’euros.Réseaux sociaux tendances 2020

Dans leurs dépenses publicitaires, les marques prévoient aujourd’hui la rémunération dédiées aux personnes à qui elles font appel pour des publications sur Instagram notamment. Aujourd’hui, le réseau social compte 25 millions de profils dits professionnels et 2 millions d’entre eux déclarent en fin d’année des résultats commerciaux. Il s’agit d’une véritable stratégie publicitaire pour les marques, car globalement, 83% des utilisateurs découvrent des produits et des services via la publicité faite sur le réseau social.

Ce réseau social est un outil parmi d’autres qui permet également aux marques de gérer leur e-réputation. Pour elles, c’est devenu un enjeu “vital”. 92% des entreprises considèrent que c’est la catégorie la plus compliquée à gérer tandis que 61% assurent réussir à contrôler cet aspect.

Réseaux sociaux tendances 2020

La réputation d’une entreprise/d’un domaine peut être déterminante, d’une part pour les clients qui pourraient se tourner vers la concurrence après lecture de mauvais commentaires ou encore pour le recrutement de nouveaux collaborateurs. En effet, 69% des demandeurs d’emploi assurent qu’ils refuseraient un poste si l’entreprise a une mauvaise e-réputation.

Globalement, par rapport à 2019, les tendances évoluent, mais restent très axées sur la vidéo. Les marques ont enfin compris le pouvoir des services de messagerie et ont notamment mis en place des chatbots, ces derniers devraient d’ailleurs être en charge de 70% des interactions entre marques et internautes cette année.

Vous l’aurez sans doute compris, les internautes ont un besoin d’interactions « lives » et « humaines » avec vous, vos produits et votre discours. Vous devez y répondre et le prendre en compte mais n’oubliez pas l’aspect qualitatif pour autant. Être présent sur les réseaux, faire des lives nécessitent une maitrise des outils ainsi qu’une stratégie claire et cohérente. Peut importe les avis, cela ne s’improvise pas !

Vous souhaitez échanger à ce sujet ? Vous rencontrez des problèmes dans la gestion de vos réseaux sociaux ? Contactez notre équipe !

 

Réseaux sociaux tendances 2020

 

Voir l'article

Catégories :

  • Non classé

Coup de coeur : les Aligoteurs

07 Fév

« Un pour tous, tous pour l’Aligoté ! »

Aligoteurs vous avez dit Aligoteurs ? Dis comme ça et en lisant un peu trop vite, on pourrait apercevoir Aligateurs, penser crocodiles et ne plus comprendre si nous sommes en train de lire un magazine animalier ou un magazine sur le vin et ses tendances. Rassurez-vous, on ne s’est pas (encore) perdu en chemin. Pour en revenir à l’essence de ce photo-reportage, « Les aligoteurs », c’est notre rencontre de l’année 2019, notre coup de coeur et notre petite douceur. Pas besoin de vous en dire plus pour comprendre que nous avions envie de vous en glisser deux mots sur cette association qui fédère en Bourgogne et aux delà de nos frontières.

Au détour des chemins bordés de vignes, dans un brouillard matinal typiquement bourguignon nous retrouvons pour une séance photo des hommes et des femmes animés d’une passion, la vigne et dévoué à une mission, la sauvegarde et la promotion de l’Aligoté.

« Notre but, c’est de parler de l’Aligoté dans sa splendeur. Et de mélanger les styles. C’est un grand cépage et autour de cette table nous en sommes tous convaincus. » Sylvain Pataille – Vigneron

Au point de départ de cette initiative, comme souvent, une réunion informelle à la sortie d’une journée à la vigne ou à la cave, une table garnie de bouteilles, de douces dégustations et des réflexions enflammées. Au coeur des échanges : l’envie « de faire quelque chose » autour de l’Aligoté. Celui par qui le miracle empli de vivacité se produit. Cet ancien cépage modeste bourguignon qualifié par un dégustateur astucieux de « l’autre vin blanc de Bourgogne » a parcouru du chemin aux côtés de ses artisans auteurs du bonheur et la vinification qui eux le considère débordant d’avenir.

Preuve en est, depuis 2018, deux salons ont eu lieu. Le premier en Bourgogne (mars 2018) jouait déjà à guichets fermés et dépassait toutes les attentes.

« Aligoteurs – Alligators, j’aime beaucoup le trait d’humour. C’est d’ailleurs cet énorme enthousiasme autour de la rencontre qui lui a donné tout son élan ! Imaginez seulement, avec les réseaux sociaux, le premier événement bourguignon a fait le tour du monde. » … Jusqu’au Texas où deux fous d’Aligotés ont enregistré une chanson complètement décalée – quoique anecdotique – en son honneur. « Tout cela était brillant, parce que ça a été fait avec un franc sens de l’humour. » Becky Wasserman – Importatrice

Il y a quelques mois, l’Aligoté remettait le couvert et 50 vignerons/domaines débarquaient dans la capitale pour le 1er Salon Parigot de l’Aligoté. Encore une fois, le pari est rempli et la fusée est désormais lancée.

L’impression que nous dégage chacune de nos rencontres et de nos collaborations avec les Aligoteurs est la même. L’enthousiasme d’une bande d’amis qui avec humour, solidarité, bienveillance, ambition et savoir-faire forge une identité tout en noblesse à un cépage conquérant, accessible, vif et … bourguignon !

L’histoire ne dit pas encore quel sera l’avenir de cette bande de passionnés mais nul doute que nous ne serons jamais bien loin.

Contact :
Logo Mail : aligotedauteurs@gmail.com
Logo FB : /lesaligoteurs
Logo Insta : @lesaligoteurs

📸 Photos by Étienne Ramousse – ERIMAGES

Voir l'article

Catégories :

  • Non classé

ITW d’Alexis Camilleri : Vins & Digital

07 Fév

1/ Alexis, peux-tu nous dire comment on arrive au poste de Chargé de projets digital à « Inter Rhône » ? 

En prenant plusieurs virages ! J’ai une formation universitaire en Droit, puis un Master de l’IAE. J’ai commencé ma vie professionnelle en agence de communication, spécialisée dans la communication publique, puis je suis passé chez l’annonceur en intégrant la Communauté d’agglomération du Grand Avignon. La bas, j’ai allié ma connaissance du Droit public et ma passion pour le digital en travaillant sur les établissements culturels, le marketing territorial et la mise en place du tram. Même si je suis encore jeune (30 ans), je fais partie de la dernière vague d’étudiants pour qui le digital n’existait qu’en dehors de la fac. En 2016, Inter Rhône a remodelé son service communication en créant le poste de chargé de projet digital. J’avais envie d’un nouveau projet pro à ce moment-là et le monde du vin m’attirait. Les planètes se sont alignées et j’ai pu démarrer à l’interprofession en janvier 2017.

2/ Selon toi, les enjeux du digital et de la filière viticole en 2020 c’est ? 

Pour moi, l’enjeu du digital est toujours de sublimer le réel ! 

Dans le monde du vin ça se traduit d’abord par le fait de faciliter l’accès aux domaines et aux vignerons. Le digital est l’allié idéal de l’œnotourisme. On peut y trouver toutes les infos pour prévoir sa venue dans le vignoble, plusieurs mois ou quelques minutes avant. Ça permet aussi de partir plus librement à la découverte de nos AOC.

L’autre versant est le fait de simplifier l’accès au produit, démocratiser le savoir autour du vin, le rendre accessible à tous et désacraliser la dégustation : )  

3/ Quelle est la place des agences de communication dans tes missions ? 

Elle est importante. Le digital est un repère d’experts en tout genre. J’ai travaillé avec une agence web pour la refonte de notre site web et de notre espace adhérents, une agence social média pour le déploiement de notre stratégie réseaux Sociaux en Europe où nous avons près de 20 comptes Facebook, Twitter, Instagram, Youtube, Pinterest, Linkedin dans 8 pays, et l’agence la Bicyclette de Paul qui nous accompagne dans notre stratégie Oenotourisme. 

4/ Si tu devais donner une raison de bosser avec une agence de com’ ? 

Comme je le disais, le digital est un repère d’experts et il est impossible d’être soi-même un expert dans tous les domaines. Chaque métier a ses particularités et ses logiques propres. Une agence permet le regard d’un expert sur nos problématiques. Qui plus est un regard extérieur et neuf sur nos dossiers ! Ça donne un vrai coup de frais et une analyse souvent très juste sur les questions qu’on se pose au quotidien. 

5/ Et une raison d’être prudent (objectivité oblige !) ? 

Les objectifs intenables. Il arrive que des agences moins « regardantes » que les autres vendent une prestation qu’elles ne pourront pas tenir. 

Pour ça, j’accorde de plus en plus d’importance à la relation humaine que je peux avoir avec une agence. Les références ne font pas tout. Lorsque je sens que ça peut bloquer humainement, j’ai tendance à être réticent. 

6/ La campagne de com’ qui t’a marquée/inspirée ? 

La première c’était la campagne « Joga Bonito » de Nike à la fin des années 2000. L’esprit était extra : un peu pirate, avec un mix de film « caméra au poing » et d’images de match, le tout hosté par Eric Cantona… C’était génial. 

Plus récemment j’ai bien aimé la campagne « People for Smarter Cities » d’IBM (https://vimeo.com/67570047) où les affiches publicitaires physiques se transforment en mobilier urbain (bancs, rampes…) en les tordant légèrement ! Le concept est simple mais génial. Et ça défend l’idée que j’aime : le web doit aider à rendre la vie meilleure ! 

7/ Si tu avais les moyens financiers de Bill Gates et que tu pouvais réaliser la campagne de communication de rêve, tu commencerais par quoi (interdiction de dire que tu appelles l’agence « La Bicyclette de Paul ») ? 

Ahaha j’appellerai Sylvère (fondateur de la Bicyclette de Paul) au 06 47 87 72 36 pour réfléchir à ce qu’on fait ! 

Sinon j’aime bien l’idée de créer des objets physiques liés à une campagne, lui offrir une réalité palpable. Avec les moyens financiers de Bill Gates, je réfléchirai à donner vie à ma campagne avec des artistes que j’aime. 

Dans cet esprit, il y avait la Campagne « Nike : on air » où des ateliers créatifs étaient mis en place dans toutes les grandes villes du monde et les gens devaient créer leur paire de basket idéale inspirée par leur ville. En parallèle, ils relançaient des modèles « classiques » boostés par les différentes collaborations plus artistiques. Nike est souvent très fort ahaha ! 

8/ Qu’est-ce que tu réponds à ceux qui disent que l’argent est le nerf de la guerre dans le digital et la communication ? 

Le budget de com est toujours important, c’est sûr, encore plus à l’heure ou Facebook devient plus Média que Social Media. Il y a une base d’outils digitaux à avoir (site web, réseaux sociaux…) qui fatalement coûtent un peu. Mais le plus important après ça c’est le fond du discours ! La conviction et la passion restent les moteurs de communication les plus engageants. Je pense qu’il faut avant tout croire en soi et en son produit. 

9/ Un conseil pour finir ? PS: Mangez des brocolis c’est déjà pris ! 

Le digital a l’avantage de permettre d’essayer, de recommencer, de tester nos campagnes, de modifier le tir… je parlais des campagnes Nike pendant cette interview alors je fais finir avec eux pour le conseil de la fin : Just do it 🙂

Voir l'article

Catégories :

  • Non classé

ITW de Bruno Maltor : blogueur voyage.

07 Fév

Qui est Bruno Maltor ?

Je m’appelle Bruno Maltor forcément (rires), j’ai 29 ans et ça fait 7 ans que j’ai créé un blog voyage sans aucune prétention à la base. Parce que quand tu dis à tes potes que t’as créé un blog, on te disait un « skyblog c’est cool mais ça sert à rien… » C’était pas un skyblog pour autant (rires).

À l’époque je faisais un stage de Webmarketing à Shangaï donc je regardais comment être bien référencé sur Google et j’avais une passion qui était le voyage alors je me suis dit que j’allais créer un blog et on verra bien où ça m’amènera.

On peut dire que ça m’a amené où j’en suis aujourd’hui : c’est mon métier depuis 5 ans, j’ai plus de 600 000 abonnés sur mes réseaux et je vie de ma passion… donc ça c’est plutôt cool !.

Blogueur ou influenceur ?

J’aime pas du tout le terme influenceur qui est trop « fourre-tout » parce que tout le monde peut s’autoproclamer influenceur. Aujourd’hui je suis mis dans le même panier que les mecs de la télé-réalité qui vendent des produits amincissant etc. (rires)

Mais au moins il a le mérite d’englober peut-être plus d’activités que le terme de blogueur qui te réduit à un blog en général.
Influenceur ça peut correspondre à la représentation des gens d’un Instagrameur, Youtubeur, créateur de contenus sponsorisés et moi qui ne suis pas que blogueur aujourd’hui mais qui suis aussi Youtubeur, Instagrameur, présent sur Facebook, LinkedIn etc, alors peut-être que le terme Influenceur est un peu plus large et qu’il me correspondrait un peu plus pour ça mais c’est pas du tout un terme que j’apprécie parce que aussi notamment il fait très « gourou ».

Blogueur voyage : Argent facile ou vrai métier ?

(Rires) C’est clairement un vrai métier, je pense que je travaille 70h-80h par semaine minimum, alors moi c’est une immense passion donc je le vois pas du tout comme une contrainte mais je pense qu’il faut 2-3 ans de travail non stop minimum pour espérer commencer à gagner quelques euros.

Donc si tu fais le rapport temps de travail investi pendant quelques années afin de gagner de l’argent, je pense qu’il y a beaucoup de métiers qui sont beaucoup plus rémunérateurs plus rapidement et sans avoir à travailler 80h00 semaine.

Donc non non pas argent facile, vrai métier c’est le cas de le dire (rires) beaucoup de métiers en un d’ailleurs. »

« Influenceur » & oenotourisme, peine perdue ou véritables enjeux ?

Je pense que l’oenotourisme au près des 25-35 ans est en développement mais il n’est pas encore si réputé, pas si connu que ça. Moi qui par exemple ai un coeur de cible 25-35 ans au près de mes abonnés, je pense que c’est un véritable enjeu qui peut permettre de donner de la visibilité à ce genre de tourisme qui est super intéressant pour l’avoir pratiqué l’année dernière. Mais qui est assez méconnu encore aujourd’hui.

Si demain on te confie notre PEL, comment mesurer le retour sur investissement ?

(Rires) De pleins de façons différentes, avec les statistiques, avec les stories des gens qui vont partager leur voyage, qui vont nous taguer par la suite. Je pense qu’il y aurait plein de moyens de le savoir. Beaucoup plus que dans la vraie vie sur des campagnes classiques.

Si t’avais 3 conseils à donner pour faire la différence ?

Alors ça dépend par rapport à quoi… mais en tout cas la créativité ça sera toujours utile, parce que forcément aujourd’hui il y a beaucoup de contenu sur internet. Il y a beaucoup de gens qui partagent des choses et si tu fais la même chose que tout le monde tu peux faire une croix sur le fait que ton contenu ressorte.

Deuxième conseil : la régularité. Il y a beaucoup de gens qui vont tout donner pendant 3-4 mois, qui vont vraiment poster pas mal de contenu et qui vont se rendre compte que ça ne prend pas aussi vite qu’il l’espérait, et du coup ils vont abandonner. Mais c’est justement et c’est le dernier conseil en continuant à tout donner que tu apprendras.

Il n’y a pas de secret, moi ça fait 7 ans que j’ai lancé mon blog et heureusement que j’ai été régulier, persévérant et que j’ai été rigoureux, car sinon ça ce serait arrêté il y a bien longtemps et je ne ferai pas cet interview (rires).

Une ultime bafouille ?

Surtout, surtout, n’oubliez pas de voyager !

 

Site de Bruno Maltor : www.votretourdumonde.com

Chaine Youtube : Bruno Maltor

 

Voir l'article

Catégories :

  • Non classé

L’édito en 75cl.

07 Fév

Ouvrir les premières pages d’un magazine de tendances pour un aficionados de la com’ et sentir le parfum dégagé par l’impression récente, c’est un peu comme le lancement d’une Keynote pour un fan d’Apple ou déguster une belle bouteille entouré de ses proches. Des petits bonheurs simples qu’on attend avec impatience.

Nous avons conçu 75cl pour vous, pour toi et pour la filière viticole française avec une ambition (ce mot n’est pas tabou !) : être utile, CRÉER, faire sourire, donner des idées, faire émerger des questions sans réponses, cultiver l’esprit, INNOVER, être proche de vous et PARTAGER notre savoir-faire tout simplement !

Interviews, photo-reportage, chiffres clés, conseils, inspirations graphiques à l’agence* nous avons tenté pour notre grande première de mettre les doux breuvages dans les beaux flacons pour satisfaire les curieux et les professionnels tout terrain (que vous êtes !).

La fréquence des numéros dépendra de vous, de vos retours mais aussi de nous, des rencontres et des collaborations qui constitueront notre route durant cette année 2020.

Et n’oubliez pas, si l’on vous dit que vous perdez votre temps, c’est que vous êtes déjà entrain de faire la différence !

75CL est une création de l’agence « La Bicyclette de Paul » à déguster au bureau entre collègues et sans tire-bouchon !

Voir l'article

Catégories :

  • Non classé